Centre de Culture et des Congrès (KKL)

  • Lucerne, Suisse
Retour aux archives des projets

  • Slide 0
  • Slide 1
  • Slide 2
  • Slide 3
  • Slide 4
  • Slide 5
  • Slide 6
  • Slide 7

Lucerne est située à l’extrémité d’un lac : les deux parties de la ville se font face et regardent les montagnes au-delà. Le paysage environnant, été comme hiver, offre une riche toile de fond à une architecture existante historiquement variée et au dense tissu urbain de la ville. Une nouvelle construction devait dès lors commencer par ce que Nouvel appelle un « principe d’inclusion », où l’élément majeur est constitué par le lac lui-même. Si le bâtiment ne peut entamer la berge, ce sera donc le lac qui viendra au bâtiment. L’épine dorsale du complexe est ainsi placée loin du lac, tandis que les trois principaux éléments (les deux salles de concert, le centre de conférence) partent de cette colonne vertébrale vers le lac, séparés entre eux au niveau du rez-de-chaussée par des lignes d’eau, « un jardin aquatique » selon Nouvel, traversés par des passerelles. Le musée est situé au-dessus du bâtiment ouest, le centre de conférence. Ces éléments sont unis par un immense toit de cuivre incliné, qui se projette, sans appuis, à vingt mètres.

 

Au-delà de la façade principale, le toit signale le bâtiment lorsqu’on le regarde depuis l’autre rive du lac. L’unité placée au centre, la plus petite des salles de concert, a été conçue pour pouvoir s’ouvrir complètement. Depuis le bar et le restaurant, immédiatement sous le toit, s’ouvre un panorama complet de la ville et du lac, défini, et raffiné, par cette ligne de toit en porte-à-faux, dont les panneaux gris bleu de la partie inférieure se mêlent au ciel. Il devient un belvédère d’où le lac, la ville et ses environs peuvent être contemplés. Depuis la rive opposée du lac, la ligne des toits dessine la position du bâtiment, tandis que les motifs des reflets sur la couverture inférieure du toit, particulièrement la nuit, maintiennent une relation ininterrompue entre le bâtiment et son site. Ce que Nouvel réussira a Lucerne n’est pas simplement un tour de force technique. Il a donné à chacun des éléments de l’ensemble une identité propre au sein d’un tout qui est à la fois complet en lui-même et par lui-même, intègre dans un contexte très singulier. Le thème de l’inclusion, de l’extérieur jaillissant vers l’intérieur, est ainsi maintenu malgré l’espace fermé du foyer supérieur. L’élément situé au milieu de la façade, face à la petite salle de concert et à une partie du musée, est une feuille monolithique de béton poli gris sombre, au-dessus d’une entrée vitrée. Cette même surface sombre est utilisée pour les murs latéraux des unités du bâtiment, là où elles se séparent.

 

Le Centre de culture et de congrès de Lucerne est un chef-d’œuvre de synthèse et d’expression. Une construction qui répond aux exigences d’un site visuellement dense et une création pourtant absolument contemporaine, dont la fonction se lit clairement à travers ses audacieuses subtilités.

 

 

Conway Lloyd Morgan, extrait de Jean Nouvel : Les éléments de l’architecture, Adam Biro, 1999